لازالت طائفة من أمتي ظاهرين على الحق لا يضرهم من خذلهم ولا من عاداهم
 
منتدى حملة الحقالرئيسيةاليوميةس .و .جبحـثالأعضاءالمجموعاتالتسجيلدخول
أحييكم بتحية اهل الجنة فسلام الله عليكم ورحمة الله وبركاته ...اعضاء منتدى حملة الحق... اعلن عن تصميم منتدى جديد يحمل نفس العنوان بنفس الاقسام وسننتقل اليه في الايام القليلة القادمة نسال الله الاخلاص والقبول ترقبوا الرابط الجديد للمنتدى الجديد **** لكم مني كل الاحترام والتقدير ...المديرة العامة أم اسلام.

شاطر | 
 

 introduction a l'islam 2

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
ام توفيق
منتدى المشروعات الصناعية
منتدى المشروعات الصناعية
avatar

عدد المساهمات : 35
تاريخ التسجيل : 09/04/2009

مُساهمةموضوع: introduction a l'islam 2   الأحد مايو 10, 2009 1:09 pm

Au nom de dieu le clement et le misericordieux".

Que signifie la raison ?

C'est une restriction ou une chaîne. Le mot arabe ‘Aql [raison] est de la même racine que le mot [Al-‘lqâl] qui signifie la corde qui attache le chameau. De même le mot arabe Al-Hikma [sagesse] est proche du même sens, il vient de Hakamatu ad-Dâba qui signifie chaîne. La civilisation est une chaîne [ou restriction] car elle ne te laisse pas agir comme tu le veux, mais t'impose de respecter les droits des gens et les coutumes de la société. La justice est une chaîne car elle fixe la limite de ta liberté là où commence celle de ton voisin.

Les péchés sont délicieux puisqu'ils conviennent à la nature de l'âme. Tu trouves un bon goût à la médisance et tu y participes car elle te donne le sentiment que tu es meilleur que celui dont on parle en mal. Le vol est délicieux puisqu'il permet de gagner des biens sans efforts et sans fatigues. L'adultère est délicieux car il est satisfaction des passions et des désirs de l'âme. La tricherie durant les examens est délicieuse puisqu'elle permet de réussir sans efforts. La fuite du devoir, quel qu'il soit, est délicieuse pour l'âme car elle procure le repos et la paresse.

Lorsque l'homme pense et utilise sa raison, il trouve que cette liberté provisoire ne vaut pas le long emprisonnement dans la Géhenne et que cette jouissance interdite ne vaut pas le châtiment qui la suivrait. Qui accepterait ce pacte légalisé auprès d'un notaire :

Durant une année, nous lui donnerons tout ce qu'il désire comme argent, nous le ferons habiter dans le palais de son choix, dans le pays de son choix, nous le marierons avec les femmes qu'il souhaite; deux, trois, quatre, nous ne lui refuserons rien. Mais une fois l'année écoulée, nous le pendrons jusqu'à sa mort. Ne dira-t-il pas : "Que soit maudit et éloigné un plaisir suivi d'une mort !". Ne s'imaginera-t-il pas l'heure de la pendaison et se rendra compte qu'il ne lui reste plus rien de ces plaisirs ? La douleur de la pendaison dure quelques minutes, alors que le châtiment du jour dernier est d'une longue durée.

Chacun d'entre nous a commis un péché dans sa vie et a trouvé du plaisir à ce péché. Le moindre plaisir est la jouissance du lit au lieu de se lever pour la prière de l'aube. Que reste-t-il de ce plaisir que nous avons ressenti il y a vingt ans ? Chacun de nous a contraint son âme à accomplir un devoir et en a supporté la douleur dont la moindre est la faim et la soif durant Ramadan. Que reste-t-il de la douleur de la faim durant le Ramadan, jeûné vingt ans auparavant ? Les plaisirs des péchés sont passés, restent leur punition. Les douleurs des obéissances à Dieu sont passées, restent leur récompense.



A l'heure de la mort, que nous restera t'il de tous les plaisirs auxquels nous avons goutté, et de toutes les douleurs que nous avons supporté ? En vérité, chaque croyant veut se repentir et revenir à Dieu , mais il repousse et ajourne.

Moi-même je disais : lorsque j'accomplirai mon pèlerinage je me repentirai et je reviendrai à Dieu. Puis j'ai accompli le pèlerinage et je ne me suis pas repenti, la je disais : lorsque j'aurai quarante ans, je me repentirai et je reviendrai à Dieu. Je les ai eus et je ne me suis pas repenti. J'ai dépassé la soixantaine et je ne me suis pas repenti. J'ai vieilli et je ne me suis pas repenti. Cela ne veut pas dire que j'accomplis les interdits et les turpitudes, non, par la Grâce de Dieu. Cela signifie que l'homme espère pour lui la sainteté, mais il ajourne, il pense que la vie est longue et puis voilà la mort qui le frappe brusquement. Moi-même j'ai vu la mort à deux reprises. J'ai connu le sentiment de la mort. J'ai regretté chaque minute écoulée en dehors de l'adoration de Dieu . Eh oui, par Dieu, lorsque j'ai survécu, je suis resté sur ce sentiment plusieurs mois. Je suis devenu un saint. Puis de nouveau je me suis plongé dans les tribulations de la vie. J'ai oublié... j'ai oublié la mort.

Tous nous oublions la mort. Nous voyons chaque jour des morts, mais pensons que nous ne mourrons pas. En pleine prière du mort, nous pensons à la vie d'ici-bas, chacun d'entre nous pense que la mort est inscrite sur tous sauf sur lui-même. L'homme sait pertinemment que cette vie le quittera et qu'il la quittera. Quoi que l'homme vive, il mourra. Qu'il vive soixante ans, soixante dix ans ou cent ans, ne s'épuisent-ils pas ? Ne connaissez vous pas quelqu'un qui a

vécu cent ans puis qui est mort ? Noé a passé neuf cent cinquante années à exhorter son peuple. Où es Noé ? La vie d'ici bas lui est elle demeurée ? A-t-il échappé à la mort ? Si la mort est inéluctable, pourquoi ne pas y réfléchir et s'y préparer.

Celui qui a un voyage dont la date n'est pas fixée, ne s'y prépare t'il pas afin de répondre dès qu'on l'appelle ?

J'ai observé [ l'été dernier où j'étais à 'Amman] les enseignants jordaniens qui avaient signé un contrat de travail avec le Royaume d'Arabie Saoudite. Ils ont été informés que des avions allaient les transporter et qu'ils devaient s'y préparer. Parmi eux, se trouvait celui qui avait préparé son passeport et sa valise, qui avait fait ses adieux et avait mis à côté de lui ses vêtements de voyage. Il était prêt à répondre à tout moment. Parmi eux, se trouvait celui qui avait négligé et ajourné ses préparatifs jusqu'à sa convocation, il s'écria : accordez-moi le temps de faire mes courses, de dire au revoir à ma famille au village et de retirer mon passeport. Mais ils ne lui ont accordé aucun délai et sont partis sans lui.

De même. L'ange de la mort ne le laissera pas, il le prendra de force, malgré son refus, il ne lui accordera ni une heure, ni une minute, ni un instant. L'ange n'a pas le pouvoir de lui accorder un délai. Aucun d'entre nous ne connaît l'heure où l'ange de la mort viendra le prendre.

Qu'est-ce que la mort ? Quelle est sa vraie nature ?

La vie de l'homme est faite de plusieurs étapes :

L'état foetal
La vie d'ici bas
Le monde intermédiaire - barzakh- entre cette vie et la vie future, de l'instant de la mort jusqu'au jour de la Résurrection.
L'étape éternelle : c'est la vie véritable, celle du jour dernier.
Le rapport d'une étape à celle qui la précède est comparable au rapport de cette étape à celle qui la suit. La grandeur de cette vie comparée à l'étroitesse du ventre de la mère est comparable à l'étendue du "monde intermédiaire" par rapport à cette vie. Il en est de même de l'étendue du jour dernier comparée au "monde intermédiaire".

Le foetus pense que sa vie se limite au ventre de sa mère. S'il raisonnait, pensait et pouvait répondre aux questions, il dirait que sa sortie de ce ventre est vouée à une mort certaine. Si dans le ventre se trouvaient deux jumeaux, que l'un deux naissait avant l'autre, celui qui l'aurait vu descendre et le quitter, penserait qu'il est mort et qu'il est enterré dans les profondeurs. Si le foetus voyait son placenta, qui lui recouvrait le corps Jeté à la poubelle, il penserait qu'il s'agit de son frère et le pleurerait comme la mère qui voit le corps de son fils qu'elle protégeait de la poussière, enfoui dans la terre. Elle ne sait pas que ce corps est comparable à ce placenta, c'est comme une chemise devenue sale puis enlevée, un vêtement usé, devenu inutile.

C'est ça la mort, une "nouvelle naissance", une sortie vers une étape plus longue et plus accueillante que celle de cette vie. Cette vie n'est autre qu'un chemin où nous sommes semblables à un immigré vers l'Arabie. Il choisit bien sa cabine dans le bateau, tient à sa tranquillité et en prend soin, mais, dépensera t'il tout son argent pour renouveler sa literie et sculpter ses murs, pour arriver en Arabie sans un sou ? Ou plutôt dira t'il : je resterai une semaine dans cette pièce Je me suffirai de peu et j'économiserai mon argent afin de meubler la maison que j'habiterai.

Savez-vous ce que représente cette vie comparée à l'au-delà ?

Depuis environ quinze ans. les Etats-Unis avaient annoncé un essai nucléaire dans une petite île de l'Océan pacifique, habitée par quelques centaines de pêcheurs. Les Etats-Unis leur ont demandé d'évacuer leur maison en échange d'une maison meublée dans le pays de leur choix. Une date fut fixée pour qu'ils se préparent et qu'ils recensent leur avoir afin que les avions puissent les transporter. Certains se sont déclarés prêts à l'évacuation et ont donné leur inventaire avant la date prévue, d'autres ont négligé et ajourné jusqu'à l'approche de la date, d'autres encore ont déclaré que c'était pur mensonge, que les Etats-Unis n'existaient pas dans cet univers, que la vie se limitait à leur île, qu'ils ne l'abandonneraient pas. Ces derniers ont oublié que cette île allait être réduite en ruines et en poussières.

C'est là l'exemple de cette vie.

Le premier groupe est l'exemple du croyant qui réfléchit à l'au-delà
et se prépare à la rencontre de Dieu, par le repentir et l'obéissance continue.

Le deuxième est l'exemple du croyant, négligeant et pécheur.

Le troisième est l'exemple du mécréant matérialiste qui dit : notre vie est uniquement cette vie là, pas une autre vie après elle, la mort n'est qu'un long sommeil, un repos continu et une disparition certaine.




Ces propos ne signifient nullement que l'Islam demande au musulman de renoncer une fois pour toute à cette vie, de s'en laver les mains, d'habiter les Mosquées et de ne plus en sortir, ou de se réfugier dans une grotte et y passer sa vie, non !!! Au contraire, l'Islam demande aux musulmans d'être des guides pour les civilisés, les plus riches, et les meilleurs savants dans toutes les sciences. L'Islam demande à chaque musulman de respecter le droit de son corps à la nourriture et au sport ; le droit de son âme au divertissement, à la détente et au plaisir licite ; le droit de sa femme à la protection et à la bonne compagnie ; le droit de ses enfants à l'éducation, à l'orientation et à l'affection ; le droit de la société à son travail au service du bien ; de même il doit respecter le droit de Dieu , par la croyance en Son Unicité et à Son obéissance.

Le musulman collecte les richesses mais de manière licite, profite des biens permis, et vit de la meilleure manière, à condition que sa foi en l'Unicité reste pure non entachée d'associationnisme visible ou caché. Son Islam doit rester véridique : abandonnant les interdits et accomplissant les devoirs. L'argent doit se trouver dans ses mains et non dans son coeur. Le musulman ne compte pas sur son avoir mais sur son Seigneur . La satisfaction de Dieu doit être son objectif et son désir.



[ Connaître l'Islam - Par Cheikh At-Tantawi ]



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو
 
introduction a l'islam 2
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
 :: قسم ** هنا منبر الحق ** :: ** hanin pour lislam :: forum ** Le Dogme de l'Islam **-
انتقل الى: